Prenez quelques infos, d'une importance toute relatives certes, balancez les sur un blog et laissez mijoter. Je ne suis pas revenu sur ce blog depuis longtemps mais force est de constater qu'il a tout de même déchaîné haines et passions. Les propos que j'y tiens donnent lieu aux hypothèses les plus farfelues, je serai tantôt PDE, tantôt UMP, voir même Renaud Pfeffer, et pourquoi pas sa soeur... Je me voilerai les yeux sur ce qui se passe vraiment à Lyon 3, je donnerai de fausses informations etc. En somme un délit d'opinion, j'aurais été guillotiné sous la terreur, ou fusillé sous l'occupation avec des gens comme vous. J'ai bel et bien l'impression que nous en sommes revenus au temps des tribunaux populaires.

Pourtant, je ne fais qu'énumérer des faits, mais ils faut croire que toucher à la sacro sainte internationale syndicale est devenu un crime de lèse majesté. Comment ne pas comprendre l'UNEF d'ailleurs, qui doit se sentir toute puissante : Les membres du corps enseignants (guyot et pfeffer) dont ils ont dénoncé  les exactions avec hargne sont aujourd'hui devant les tribunaux, les élections CROUS qu'ils ont boycotté et perturbé (CPE oblige...) sont en passe d'être annulées à Lyon avec en prime, l'occtroi de dommages et intérêts... Comment dans ces cas là ne pas se sentir tout puissant?

Cette clique politicarde a aujourd'hui un réel statut de groupe de pression. Si aujourd'hui, deux enseignants sont sous les feux des projecteurs, ce n'est pas sans raison, il n'y a pas de fumée sans feu et j'ai pleinement confiance dans la justice de mon pays. Comment se fait-il que celà n'arrive qu'à Lyon 3?Comment peut on croire qu'il y ait une quelconque partialité, recherche de la vérité dans ces actions? Les médias, les universitaires sont soumis quasi quotidiennement aux invectives de ces nouveaux révolutionnaires (qui au passage, eux non plus ne signent pas leur courrier quand ils bombardent les mails de lyon 3).

Quoiqu'il en soit, celà ne changera rien à la détermination de celles et ceux qui en ont assez de ce dictat. Assez que l'on bafoue la présomption d'innocence pour un délit de sale gueule, assez que l'on traîne l'université Lyon 3 dans la boue, assez que l'on prenne ses étudiants pour les derniers des débiles. Non, ce blog n'est pas un soutien à Gilles Guyot, non ce blog n'est pas anti démocratique (je laisse tt les coms). Mais je constate aujourd'hui que si l'on ne rentre pas dans le moule du politiquement correct, si l'on ne dénonce pas son voisin, si l'on ne crie pas assez fort, l'on est victime du fatal amalgame qui fait de nous des antidémocrates, des fascistes. Qu'en est il des diplômes de notre université quand nos syndicats sont plus préoccupés par la section disciplinaire en CA que par la préparation du prochain contrat quadriennal? Qu'en est il de la vie étudiante quand les militants de l'unef préfèrent tracter contre Sarko plutôt que d'accueillir les étudiants dans leur local? Qu'en est-il de la qualité de l'enseignement au sein de leur modèle Lyon 2 décriée par Lyon Cap?