Lyon 3 Actualités

11 octobre 2006

Fouquier Tinville n'est pas mort

Prenez quelques infos, d'une importance toute relatives certes, balancez les sur un blog et laissez mijoter. Je ne suis pas revenu sur ce blog depuis longtemps mais force est de constater qu'il a tout de même déchaîné haines et passions. Les propos que j'y tiens donnent lieu aux hypothèses les plus farfelues, je serai tantôt PDE, tantôt UMP, voir même Renaud Pfeffer, et pourquoi pas sa soeur... Je me voilerai les yeux sur ce qui se passe vraiment à Lyon 3, je donnerai de fausses informations etc. En somme un délit d'opinion, j'aurais été guillotiné sous la terreur, ou fusillé sous l'occupation avec des gens comme vous. J'ai bel et bien l'impression que nous en sommes revenus au temps des tribunaux populaires.

Pourtant, je ne fais qu'énumérer des faits, mais ils faut croire que toucher à la sacro sainte internationale syndicale est devenu un crime de lèse majesté. Comment ne pas comprendre l'UNEF d'ailleurs, qui doit se sentir toute puissante : Les membres du corps enseignants (guyot et pfeffer) dont ils ont dénoncé  les exactions avec hargne sont aujourd'hui devant les tribunaux, les élections CROUS qu'ils ont boycotté et perturbé (CPE oblige...) sont en passe d'être annulées à Lyon avec en prime, l'occtroi de dommages et intérêts... Comment dans ces cas là ne pas se sentir tout puissant?

Cette clique politicarde a aujourd'hui un réel statut de groupe de pression. Si aujourd'hui, deux enseignants sont sous les feux des projecteurs, ce n'est pas sans raison, il n'y a pas de fumée sans feu et j'ai pleinement confiance dans la justice de mon pays. Comment se fait-il que celà n'arrive qu'à Lyon 3?Comment peut on croire qu'il y ait une quelconque partialité, recherche de la vérité dans ces actions? Les médias, les universitaires sont soumis quasi quotidiennement aux invectives de ces nouveaux révolutionnaires (qui au passage, eux non plus ne signent pas leur courrier quand ils bombardent les mails de lyon 3).

Quoiqu'il en soit, celà ne changera rien à la détermination de celles et ceux qui en ont assez de ce dictat. Assez que l'on bafoue la présomption d'innocence pour un délit de sale gueule, assez que l'on traîne l'université Lyon 3 dans la boue, assez que l'on prenne ses étudiants pour les derniers des débiles. Non, ce blog n'est pas un soutien à Gilles Guyot, non ce blog n'est pas anti démocratique (je laisse tt les coms). Mais je constate aujourd'hui que si l'on ne rentre pas dans le moule du politiquement correct, si l'on ne dénonce pas son voisin, si l'on ne crie pas assez fort, l'on est victime du fatal amalgame qui fait de nous des antidémocrates, des fascistes. Qu'en est il des diplômes de notre université quand nos syndicats sont plus préoccupés par la section disciplinaire en CA que par la préparation du prochain contrat quadriennal? Qu'en est il de la vie étudiante quand les militants de l'unef préfèrent tracter contre Sarko plutôt que d'accueillir les étudiants dans leur local? Qu'en est-il de la qualité de l'enseignement au sein de leur modèle Lyon 2 décriée par Lyon Cap?

Posté par Jean_Moulin à 11:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


26 juillet 2006

Deux UNEf à Lyon 3

Au sein du magma syndicaliste UNEfien national, nous avons pû constater qu'il existait une petite gueguerre... En effet, pas moins de neuf tendances s'affrontent pour imposer leurs idées, d'où certains clash et autres histoires croustillantes que je me ferai un plaisir de vous révéler dans un prochain article.

Toujours est-ils que sur Lyon 3 cette guerre de clochers a eu des répercussions : deux putchs pour la seule année Universitaire 2005-2006, et du coup, deux sites internet unef Lyon 3.

WWW.uneflyon3.net tenu par Romain L'huillier, étudiant pistonné (cf mon article sur lui).

http://uneflyon3.overblog.org tenu par Nicolas Souveton actuel (pour combien de temps encore...) président du comité d'actions sociales de Lyon 3.

A vous d'en tirer les conséquences sur la crédibilité et la représentativité de votre syndicat favori.

Posté par Jean_Moulin à 19:48 - - Commentaires [35] - Permalien [#]

24 juillet 2006

La santé ça paie !!

MNEFUNEF Il semblerait que le scandale de la MNEF n'ait pas suffit, la LMDE saute à pieds joints dans la politique, au risque de se griller définitivement. A l'heure où le procès de la MNEF est en train d'aboutir, la LMDE multiplie les bourdes en s'aventurant sur une pente glissante. Celà viendrait-il du fait qu'elle soit contrôlée à 100% par l'UNEF ? Ou bien ses organes dirigeants sont ils tout simplements inconscients.

Celà avait commencé l'an passé, la LMDE se revendiquait en temps que seul et unique service public de la santé étudiante. Grave erreur de terminologie, à trop vouloir raccoler, on fini par se brûler. La LMDE au même titre que les mutuelles étudiantes régionales sont délégataires du service public. Cette erreur leur aura coûté la perte d'un procès.

L'élément déclencheur aura été la crise du CPE. Pendant les évènements liés à la mise en place de la LPEC, Mickael Delafosse, président de la LMDE et élu au CA de l'Université Montpellier sur la liste UNEF, a fait parvenir sa prise de position contre le CPE ainsi qu'un appel à manifester aux affiliés LMDE. Que l'on ait été pour ou contre, le fait d'employer l'argent des étudiants à des fins militantes est proprement scandaleux. L'affaire n'a jamais été traitée ni sanctionnée par les organismes de tutelle. Scandaleà suivre...

PLus récemment, la LMDE a tenu à peser dans le débat politique aux vues des échéances de 2007. Elle a en effet fondé avec l'UNEF et l'UNL un comité de mouvements de jeunesse pour peser dans le débat politique en 2007. Elle met alors définitivement les pieds dans la vie politique. Libre à chacun de s'investir dans la vie politique de peser dans le débat, avec l'aide de telle ou telle structure. Mais celà ne relève en aucun cas du rôle d'un délégataire du service public pour la santé des étudiants. Scandale à suivre...

Cette mise en avant de la LMDE est bien entendu le fruit de l'UNEF. Depuis que les derniers associatifs étudiants ont été mis à la porte manu militari de l'assemblée générale de la lmde (dont vous trouverez le communiqué ci-joint CDPAFGES), champs libre est laissé aux idées les plus farfelues. A quand les militants de l'UNEF salariés par la LMDE sur les chaines d'inscriptions... D'aucun prétendent que celà est déjà le cas. Scandale à suivre...

Posté par Jean_Moulin à 16:16 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

21 juillet 2006

Pour accéder à la case Master 1 passez par la case UNEF

Alors même que les élus des conseils d'université se battent au quotidien pour la valeur de nos diplômes, que les étudiants travaillent dure pour pouvoir y accéder, un représentant étudiant a su passer outre le règlement.

Romain L'huillier, principal maître à penser et figure emblématique de l'UNEF Lyon 3, représentant avec panache son organisation au conseil d'administration de l'Université; après trois échecs successifs en maîtrise de gestion à l'IAE s'est vu permettre  l'accès à un master 1 de droit.

Outre les différences majeures qui existent entre les deux disciplines jamais un tel évènement ne s'était produit dans une université française. Ce scandale n'a pas manqué de provoquer une levée de bouclier des enseignants juristes. Mais fort heureusement l'affaire n'a pas plus été médiatisée que celà.

Il faut tout de même rappeler que Monsieur L'huillier était en passe de ne plus pouvoir être réinscrit à l'Université eu égard à ces échecs répétés, et par conséquent rayé du collège des élus étudiants. C'était sans compter sur la toute puissance de l'internationale syndicale.

Fin de l'histoire, tout est bien qui finit bien, l'ardent défenseur de Lyon 3, le chevalier L'huillier peut conserver sa place au conseil et continuer la lutte...

Si vous aussi, vous sortez d'une licence à l'IAE, n'hésitez pas à vous inscrire en droit, la porte est grande ouverte...

Posté par Jean_Moulin à 16:10 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

Les marchands du temple

billet20EEn me promenant du côté des chaînes d'inscription j'ai eu la désagréable surprise de constater que l'UNEF n'avait toujours pas changé ses méthodes de recrutement. A Lyon 3, deux militants de Lyon 2 essayent péniblement, le visage émacié et les yeux vides de faire face aux associations locales en vendant des cartes UNEF dans les locaux de l'Université, malgré le règlement l'interdisant. A Lyon 2, une quinzaine de tables avec à chacune d'elle un militant expliquant la vie au nouveaux arrivants et lui expliquant que la vie sera beaucoup plus simple s'il paie 20€ de plus. Il aura le droit effectivement d'être défendu par Bruno Julliard, tête de pont (tout du moins à la télévision) du mouvement anti CPE, ancien des MJS et grand Pote de Blondeau et Thibaud, c'est cool alors d'être syndiqué. Outre le fait que notre petit inscrit saura comment monter une barricade, résister aux gaz lacrymogènes, et occuper des locaux, il apprendra qu'il vaut mieux être mutualisé à la MNEF, actuelle LMDE créée et gérée par la MGEN principal partenaire de l'UNEF.

Fait curieux, bon nombre de parents de primo-inscrits à l'université ont envoyé des courriers incendiaires aux administrations, se plaigant que le syndicat aurait forcé la main de leur tête blonde à débourser vingt euros. Quel comble pour ces ardents combattants des frais d'inscriptions illégaux. Quel comble pour ces anti-capitalistes primaires. On constate que la loi du pognon est la même partout, eux la dénoncent et en vivent.

Le but de nos camarades syndiqués n'est pas ici de recruter des militants, non, ça ils le font très bien avec leur "chasse aux fachos". Il s'agit simplement sur cette période des inscription de recruter des adhérents, en somme, des coordonnées, plus 20 €. L'AGE, sorte de soviet local, aura d'autant plus de poids qu'elle aura d'adhérents. Pour embellir le discours, ils vendent avec la carte ISIC, soit disant carte d'étudiant international, qui n'est autre qu'un ersatz de carte jeune pour avoir des réductions dans les cinémas ou le metro moscovite. Et si l'étudiant ne veutr pas adhérer de suite on lui explique qu'il ne pourra pas avoir sa carte ISIC. Ce n'est qu'une fois que l'étudiant aura déborsé 20€ que l'UNEF lui sera présenté. Méthode qui leur a d'ailleurs été reprochée par un enseignant syndiqué venu inscrire sa fille à Lyon 3. Il leur a d'ailleurs vivement suggérer de se présenter en temps que syndicat de gauche plutôt que d'essayer de vendre de la soupe aux étudiants.

Curieux également car l'UNEF, bien que prônant la transformation sociale et comptant parmis ces cadres bon nombre de MJS, ne se revendique pas comme syndicat de gauche mais comme association loi 1901 à but syndical (mais surtout pas de gauche).

L'UNEF ne serait elle en réalité qu'une gigantesque machine électorale, pompe à fric en vue des échéances de 2007? à vous de me le dire.

Posté par Jean_Moulin à 15:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Alain Morvan / Lyon 3, je t'aime, moi non plus...

MorvanDepuis son arrivée à l'inspection académique du Rhône en juillet 2002, jamais un recteur ne s'était autant appliqué à entâcher l'image d'une Université. Même si l'on doit admettre qu'il est du devoir d'un recteur de veiller à l'harmonisation et au suivi des établissements de l'enseignement supérieur de son académie, aucune personnalité n'avait mis autant de soins à "chercher la petite bête".

Dernier épisode en date, M. Morvan a déposé un recours devant le Tribunal Administratif pour les frais d'inscription illégaux pratiqués par l'Université Lyon 3. Un montant de deux euros est effectivement demandé aux étudiants au titre des frais de reprographie. Est-il besoin de rappeler que Lyon 3 est une Université où sont enseignées Sciences Humaines et Sciences sociales, disciplines nécessitant de nombreux supports papiers. Ce supplément, bien que correspondant à un service concret, sera sans doute jugé illégal par le Tribunal, Lyon 3 devra alors rembourser chaque étudiant, le coût de l'opération risque d'être colossal. Et ce seront les étudiants qui pâtiront à nouveau de ce manque de moyens de l'Université. Car il est tout de même utile de rappeler qu'à cause de son manque important de moyens tant financiers qu'humains, Lyon 3 a de plus en plus de mal à assurer des conditions d'études décentes à ses étudiants : résultats de partiels rendus dans un délai de deux mois, files d'attentes interminables aux secrétariats, surcharge des salles de TD...

Qu'en est-il alors de nos voisins de l'autre côté de la rue de l'Université qui eux pratiquent un supplément de frais d'inscription de 36,16 euros. Eux n'ont pas été "épinglés" par notre cher recteur redresseur de torts pour des raisons falacieuses.

La différence de traitement des universités n'est plus un secret aujourd'hui, à l'heure où Lyon 3 ne reçoit que 70% des dotations prévues par l'état, il serait de bon ton que M. Morvan mette autant d'application  à ce que nous en ayons la totalité plutôt que de vouloir sans cesse caracoler en tête de la Kabale organisée contre notre Université.

Posté par Jean_Moulin à 15:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Vous avez dit syndicat de gauche?

LogoUNEF L'arrivée dans la vie étudiant est bien souvent un boulversement pour le jeune primo inscrit. Découverte de l'autonomie et pourquoi pas de l'indépendance, découverte de réflexions autres que celles de l'enseignement secondaire, et prise de conscience politique. La vie Universitairé est faite pour celà préparer le jeune à sa future vie active et citoyenne.  Car libre à lui d'agir et de penser Cette arrivée de sang neuf suscite la convoitise des marchands de tapis et des marchands de rêves.

Pour vingt euros et quelques tractages seulement, l'étudiant pourra s'acheter une conscience auprès du syndicat le plus important de France, j'ai nommé l'UNEF. Ce mammouth de l'enseignement supérieur se chargera dans chaque université de trouver des thématiques ou plutôt des chevaux de bataille lui permettant de rallier un grand nombre d'étudiants. Le racisme, le négationnisme, l'antisémitisme, le vilain patronnat, de tout celà, l'étudiant deviendra le plus fevent combattant, et petit à petit sera formaté à grand coups de discours démagos.

A Lyon 3, l'UNEF est plus virulente qu'ailleurs car elle reste imprégnée de la pensée soixantehuitarde, frustrée de la création de cette Université dite de droite dans les années 70. Dès  lors, tous les prétextes sont bons pour la faire couler, le but avoué étant de la mettre sous tutelle de l'Université Lyon 2. On entend alors que Lyon 3 est infestée de fachos, qu'elle est mal gérée, et qu'elle vole les étudiants. Les médias se font alors le relai de cette clique syndicaliste épaulée par le recteur Alain Morvan. Evidemment il n'y a pas de fumée sans feu, Bruno Gollnish était enseignant à Lyon 3, mais il a été sanctionné par l'Université (sanction don l'UNEF s'attribue les mérites...) pour ses débordements. Qu'en est il alors du Pr Faurisson, chef de file du mouvement négationniste à Lyon depuis les années 70 et enseignant à Lyon 2... Un enseignant ne sera sanctionné qu'en cas de prosélitisme, à Lyon 2 certes, à Lyon 3 il faudrait sanctionner les personnes pour leurs idées.

En s'appuyant sur ces spectres, l'UNEF Lyon 3 surf sur la vague du politiquement correct, qui effectivement serait pour le racisme aujourd'hui? Les combats qu'ils prétendent mener sont tout à fait légitimes mais ne sont traités qu'en surface, pour "épater la galerie" ou plutôt l'appater. Le problèmes de fonds qui sont ceux des étudiantssont traités de la même façon. A la précarité des jeunes on propose une allocation d'autonomie, vaste fumisterie inapplicable économiquement. Aux difficultés liées à la réforme LMD on prône son abrogation plutôt qu'une mise en place intelligente. Aux problèmes de rattrapage, on propose un retour à l'ancien système soit une abrogation de la loi et des décrets plutôt que de trouver une solution avec le corps enseignants.

Beaucoup de vent pour pas grand chose, et le plus abominable dans tout celà, c'est que les cadres de ce mouvement restent convaicus du bien fondé de leur action, ils ne sont pas à blâmer mais à plaindre. Je préfère cent fois avoir à faire face à un militant de l'UNI, qui, lui, se revendique comme syndicaliste de droite et ne cache pas son appartenance à l'UMP plutôt qu'un pseudo syndiqué ramollo avouant à peine son affection pour la gauche. L'UNEF reflète parfaitement aujourd'hui, cette gauche idéaliste et mollassonne, pétrie de bonnes intentions mais n'osant pas mettre les mains dans le camboui, en somme, une nouvelle génération de bobos. Ce qui ne va pas sans déplaire, d'ailleurs au vrais militants de gauche qui eux connaissent un véritable essor (confédération étudiante, SUD, CVSE, CNT), j'en veux pour preuve le fait que l'UNEF se soit laissé débordée et ait perdu la main lors des évènements CPE.

On milite pour l'égalité des chances en vivant sur le dos de papa maman, on est contre la guerre dans le monde mais uniquement sur le papier, on milite à l'UNEF quoi...

Posté par Jean_Moulin à 15:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]